dimanche 24 janvier 2010

La montagne

Une belle expérience et merveilleuse thérapie !

Après Grenoble prendre la direction Monestier de Clermont D34 puis Mens et Corps et vous retrouvez la route pour Gap.

100_5467          100_5469

Sur la route (qui n'était pas la bonne), nous sommes passés sur le Pont de Brion. Vue à droite, vue à gauche.

* * * * * * * * * *

      100_5487    100_5489

Première randonnée, direction Ancelle et le col de Moissières (là où j'ai perdu mon téléphone, hein ! Cathy !) dans le Champsaur. Panorama sur Gap.

* * * * * * * * * *

100_5492   100_5493

Le départ : Village Les Fermons dans la Vallée de Champoléon.

100_5495  100_5506

Le chemin en aval et le refuge du Tourond en amont 1712m (randonnée sur l'une des variantes du Tour du Vieux Chaillol)

100_5507    100_5508

P1000175_1_

Séance séchage chaussettes (à dire 20 fois après le petit rosé frais).

100_5512 100_5516

Le refuge en aval.  Quoi ! vous ne le voyez pas ?

100_5518         100_5520

Et après le refuge, LA cascade (sans oublier un petit coup d'oeil en arrière pour voir le chemin du retour... gloup!

100_5521

FIN (pour celle-là), Merveilleux !

* * * * * * * * * *

100_5524

Mes sherpas, mes guides, ma porteuse d'eau, enfin des amis !

100_5526  100_5528  100_5529

Une autre randonnée : départ du chalet du Gioberney 1642m (1ère photo, le chalet dans le creux). Nous sommes dans le Parc des Ecrins, destination Le Lac du Lauzon.

Comme dirait mon amie Cathy : Pétard que c'était beau !

* * * * * * * * * *

100_5531              100_5533

100_5533_fleurs_jaunes

100_5532

P R A P I C 1556m (pré à pic)

100_5544

100_5548

Elle est extraordinaire : démonstration de danse country....

100_5551

Les prés dans lesquels les marmottes sifflaient.

100_5549

     Minou ! Fais moi un petit sourire !

100_5554     100_5557

Notre but : Un petit pont qui s'appelle le Saut du Laïre (Laïre en patois signifie voleur). La 2ème photo pour montrer d'où nous venions, là bas, derrière, tout en bas, caché dans la vallée.

100_5563100_5565100_5564100_5566100_5567

Sur le pont du Laïre et l'eau si claire.

100_5569         100_5570

100_5574

La pause saucisson près du torrent dans lequel j'ai perdu mes lunettes de vue.

100_5580

100_5583

Le chemin du retour, les fleurs, les chardons bleus très protégés.

100_5584        100_5587

100_5590 100_5594 100_5591

Le village de Prapic - Place des Amis.

100_5592

L'arrivée.

100_5593

Une dernière image.

P1000176_1_

P1000177

Posté par LoCoeurs à 12:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 25 octobre 2009

Les Ronfleurs

Un GRAND et BRUYANT (et non pas brillant) sujet de conversation.

Celui-ci m'a particulièrement plu, merci Jean Paul ZUANON

Par Jean Paul Zuanon

Il existe une cotation des difficultés en escalade, une échelle des risques d'avalanche, d'autres pour les risques industriels ou sismiques. Curieusement, personne n'a jamais rien conçu de semblable pour décrire un risque largement répandu en montagne mais qui constitue un sujet souvent tabou : les ronfleurs. Toujours à l'avant garde, le "Petit Echo de l'Alpe Matheysine" a mis au point à titre expérimental une échelle de cotation des ronflements.

Cette échelle est basée sur trois critères :
- l'intensité du phénomène (faible ou bruyant ?)
- sa continuité
- sa fréquence (une nuit de temps en temps ou toutes les nuits ?)

Niveau 1 (en montagne, le risque zéro n'existe pas)
Individu le plus souvent silencieux. Laisse échapper exceptionnellement quelques "pfff" sans lendemain, au pire des chuintements de chasse d'eau fuyant très légèrement.

Niveau 2
Individu peu actif. Ses accès de ronflement sont rares et de courte durée. Ils dépendent généralement de conditions défavorables exceptionnelles (rhume, fatigue). Ils alternent parfois avec des "coinçages de bulles". Le plus souvent, un léger coup de coude suffit à ramener le ronfleur au silence.

Niveau 3
Le ronflement est bien formé. Les deux temps d'inspiration (RRRR) et d'expiration (PCHHHH, éventuellement remplacé par PFFFF) sont bien dissociés et parfaitement articulés. Le phénomène reste sporadique (une nuit de temps en temps) et discontinu. caractère cependant tenace : seuls des coups (coude, genou, pied) bien placés ou des jets d'objets divers peuvent restaurer un semblant de calme.

Niveau 4
Comme ci-dessus, mais en pire : la machine infernale se met en route toutes les nuits et il est très difficile de l'arrêter. Seules des méthodes de défense passive (boules Quies) sont envisageables.

Niveau 5
Individu très connu au sein de son club, parfois montré du doigt par ses congénères. La terreur des refuges ou des chambres d'hôtel mal insonorisées. Insensible à toutes les voies de faits, ronfle toute la nuit de A à Z et quelle que soit sa position. Variations d'intensité et de tonalité parfois déconcertantes, dons marqués pour l'imitation d'engins et d'outils divers, allant de la scie égoïne au tracto-pelle en passant par le vibro-masseur et le moulin à café mécanique. Pousse parfois la cruauté mentale jusqu'à s'arrêter quelques secondes pour repartir de plus belle.

Signe particulier commun aux niveaux 4 et 5 :
Le sujet s'endort généralement avant tout le monde mais il prétend avoir le sommeil difficile et ne pas avoir fermé l'oeil de la nuit.

Il est à peine nécessaire d'insister sur l'intérêt de ce document. Il devrait être d'un précieux secours dans différentes circonstances.

Dans la vie de tous les jours, il pourrait ramener un peu de sérénité dans les couples. Le traditionnel (mais parfois acide) "mon chéri, t'as encore ronflé" du petit matin serait avantageusement remplacé par un laconique "niveau 3".

On pourrait également utiliser ce système dans les refuges. Au lieu d'avoir recours à des critères parfois discutables, comme l'heure du départ en course ou la tête du client, pour répartir les alpinistes entre les différents dortoirs, on disposerait d'une base plus objective.

Chaque dortoir serait affecté à une classe donnée de ronfleurs et, pour que les choses soient claires, on pourrait donner à chaque local des noms évocateurs et poétiques allant de "Zéphyr" (niveau 1) à "Niagara" (niveau 5), en passant par "Orage lointain" (niveau 3). Arrivant tard le soir et envoyé là où il reste de la place, un candidat dormeur saurait ainsi ce qui l'attend ...

Remarques
Dans un souci d'objectivité et afin d'éviter toute polémique, nous avons préféré nous en tenir à une description très générale des phénomènes et des pathologies. Toute référence à des ronfleurs existant réellement a donc été volontairement exclue.
Nous n'avons pas abordé le délicat problème de la cotation. Qui est habilité à dire que monsieur X est un ronfleur de niveau 3 et madame Y de niveau 1 ? Toute auto-évaluation, synonyme d'un manque total d'objectivité, est à exclure. Il semble que la méthode la moins mauvaise soit celle de l'évaluation collective par un groupe d'observateurs impartiaux.
Toutes les suggestions pour enrichir ce document, qui en est encore au stade expérimental, seront évidemment les bienvenues. Merci par avance de votre contribution déterminante à la paix dans les refuges (et ailleurs). Merci également à toute section gérante de refuge qui serait disposée à mettre à l'essai ce système.

Jean Paul ZUANON
(Article paru dans la revue du CAF)

Posté par LoCoeurs à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 20 septembre 2009

Chardon bleu

Un bleu, mais un bleu

Dans le Parc des Écrins lors d'une magnifique randonnée à Prapic avec nos amis Cathy et Jacques cet été.

A toucher avec les yeux uniquement, ces chardons Panicaut Bleu sont protégés.

100_5584

100_5581

Posté par LoCoeurs à 12:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
lundi 20 octobre 2008

Un petit paysage

flocon3

100_4884_edited

Posté par LoCoeurs à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]